Entretien avec Lucas, jeune calaisien actuellement en stage en Irlande

Entretien avec Lucas, jeune calaisien actuellement en stage en Irlande

Originaire du Calaisis, Lucas (photo ci-dessus, rang du milieu, à droite) est parti travailler à Cork en Irlande  via le dispositif de stages Erasmus + Jeunesse proposé par l’association partenaire Léo Lagrange Nord-Île-de-France. Depuis Cork où il vit ses dernières semaines de stage au sein de l’un des supermarchés de la chaîne Ryan’s SuperValu (grand groupe national), Lucas eu la gentillesse de répondre par mail à nos questions.

Q1 : Lucas, tu as décidé de partir en stage Erasmus + Jeunesse dans le cadre du projet porté par l’association Léo Lagrange Nord-Île-de-France. Comment as-tu eu connaissance de ce projet et qu’est-ce qui t’a donné envie de franchir le cap du stage en entreprise à l’étranger, et plus particulièrement en Irlande?

Lucas : Étant en recherche d’emploi, j’ai pris rendez-vous avec ma conseillère de la Fabrique Défi (ex-mission locale du Calaisis) qui m’a parlé de ce projet, il y avait plusieurs choix de pays mais l’Irlande  m’intéressait plus particulièrement pour la langue et la culture. J’ai ainsi eu la chance de participer à la Saint-Patrick sur place !

Q2 : Comment s’est déroulée ton intégration au sein de ta collocation et dans ton entreprise ? Peux-tu parler de tes débuts là-bas et des défis auxquels tu as dû faire face ? D’ailleurs, à propos de défi, parle-nous de la barrière de la langue: es-tu en train d’améliorer ton anglais comme tu le souhaitais ?

Lucas : Mon arrivée dans la collocation s’est bien passée, j’étais avec des Français très respectueux. Ils m’ont expliqué la vie en Irlande, les endroits à visiter, les monuments, les pubs…  Mon premier jour en entreprise s’est bien passé aussi. J’ai eu un peu de mal au début avec l’accent irlandais,  mais au fur et à mesure je l’ai compris. J’ai enrichi mon vocabulaire en parlant avec mes collègues et avec les applications, Google traduction, les livres en anglais et les pubs à échange qui consistaient à parler avec des Irlandais.

Q3 : Quelles sont les principales différences entre le monde du travail français et le monde du travail irlandais ? Et en-dehors du travail, es-tu au contact des Irlandais et t’entends-tu bien avec eux?

Lucas : Le rythme de travail en Irlande est beaucoup moins soutenu qu’en France, le personnel est deux fois plus nombreux et la nourriture proposée est bien différente !   En dehors du travail, je suis sorti dans les pubs avec certains de mes collègues, car là où je travaillais beaucoup étaient dans ma tranche d’âge.

Q4 : Ton employeur t’a proposé de revenir faire deux mois de travail cet été. Peux-tu nous dire comment il en est venu à cela et si cette idée serait envisageable pour toi ?

Lucas : L’employeur était satisfait de mon investissement dans l’entreprise et l’a fait savoir à ma manager qui m’a tout simplement demandé si j’étais intéressé pour revenir cet été.Ayant par la suite trouvé un hébergement pour 300 € par mois (ce qui est extrêmement rare), oui je reviens cet été afin d’améliorer encore plus mon anglais et gagner en expérience !

Q5 : Effectivement, le coût de la vie peut être l’un des aspects négatifs de l’Irlande. A ce propos, peux-tu nous donner les avantages de ton expérience irlandaise, ainsi que les inconvénients?

Lucas : Oui, la vie est assez coûteuse ici, même si on a la chance de retrouver des enseignes comme Aldi et Lidl où les prix sont nettement moins chers, les transports sont aussi assez coûteux, ainsi que les loyers ! J’ai passé deux mois en Irlande et j’ai appris tellement de choses avec le travail, la collocation, les pubs à échange, les sorties culturelles, j’ai aussi gagné en autonomie et je recommande vivement cette expérience.

Q6 : Dernière question : que comptes-tu faire à ton retour dans le Calaisis ? Serais-tu prêt à repartir ?

Lucas : Il est prévu que j’y retourne pour travailler. Après 6 mois de formation en Irlande, mon objectif final serait de mettre à profit mes compétences linguistiques pour une entreprise du Calaisis.

 

KALEIDOSCOPE – Echange de jeunes en Italie à Poggio Mirteto, par Lunaria et Erasmus +

KALEIDOSCOPE – Echange de jeunes en Italie à Poggio Mirteto, par Lunaria et Erasmus +

Du 24 au 31 mars se déroulait un échange de jeunes européens en Italie, au coeur de la campagne de l’Italie centrale, avec l’association Lunaria et Erasmus +. La Roumanie, la France (représentée par l’association Concordia), la Turquie et l’Italie étaient représentés durant cet échange. Claire, jeune ambassadrice de la plateforme Ready to Move ! a participé à cette rencontre.

Les échanges de jeunes sont financés par l’Union Européenne dans le cadre du programme européen Erasmus + et permettent aux jeunes d’échanger sur de grandes thématiques en dehors des cadres scolaires classiques.

Lobjectif de Kaleidoscope était de favoriser l’échange entre jeunes de différentes nationalités et de discuter de la thématique des Droits de l’Homme et de son interprétation dans les pays d’origine des participants. Cet échange de jeunes a permis aux participants de partager leurs connaissances et leurs compétences sur le sujet avec une approche de pair à pair.

Ils ont donc effectué pendant cette période des ice breakers, energisers, des jeux de rôles, des simulations et débats tout en travaillant en groupe afin de rendre l’échange interactif et constructif. En dehors des temps d’activités, de nombreuses animations et soirées ont été organisées par les participants, l’occasion pour eux de partager encore plus et de faire découvrir leur culture !

Pour en savoir plus sur les échanges de jeunes : http://site.erasmusplus-jeunesse.fr/definition_echanges_de_jeunes.html

Pour en savoir plus sur l’association Lunaria : https://www.lunaria.org

Intéressé(e) pour un prochain échange de jeune ? Rapprochez-vous de l’association Concordia en cliquant sur ce lien : https://www.concordia.fr/nos-actions/lechange-jeunes

Séjour en Hongrie pour six jeunes de la Mission Locale Picardie Maritime

Séjour en Hongrie pour six jeunes de la Mission Locale Picardie Maritime

Du 17 au 30 mars 2019, un groupe de six jeunes suivis par la Mission Locale de la Picardie Maritime est parti à Szeged, en Hongrie, dans le cadre du dispositif Erasmus +, afin d’y effectuer des stages dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration.

Ils étaient accompagnés par plusieurs personnes dont Nicolas, jeune ambassadeur de la Plateforme Ready to Move ! Son rôle était de s’assurer du bon déroulement de leurs stages et de les aider afin de s’adapter au mieux à la vie quotidienne dans un pays étranger.

Les stages professionnels se déroulaient dans deux des plus grands hôtels de la ville. Sur les six jeunes, trois étaient en stage de cuisine, deux étaient en stage de service de table et un était en stage en tant que réceptionniste. Il s’agissait pour la plupart de ces jeunes d’une première expérience professionnelle à l’étranger. Les départs en groupes proposés par la Mission Locale de la Picardie Maritime leur permettent d’avoir une expérience dans un pays étranger, tout en étant encadrés. Cela a permis à certains d’entre eux de découvrir un métier qu’ils ne connaissaient pas et à d’autres d’approfondir des connaissances déjà existantes dans leur domaine professionnel de prédilection.

Dans le cadre des déplacements Erasmus +, la prise en charge financière inclut le déplacement, l’hébergement ainsi que la restauration.  Ces stages leur ont permis de découvrir la manière de travailler dans un pays étranger et d’améliorer leur communication en anglais.

L’adaptation à une culture et une façon de travailler différente fait partie intégrante de ces déplacements à l’étranger. La capacité d’adaptation étant un critère important lors des recrutements, les stages à l’étranger sont des atouts à mettre en avant sur un CV. Ces expériences témoignent également de la curiosité dont font preuve ceux qui y ont participé. Leur capacité d’intégration s’est fortement développée lors de ces deux semaines. Le fait de vivre en groupe, de prendre les repas et de passer beaucoup de temps ensemble a aussi accentué leur esprit de coopération et d’initiative. Ils reviennent enrichis d’une nouvelle expérience, de nouvelles compétences et avec des souvenirs plein la tête.