Une formation (études, apprentissage…)

Améliorer son niveau en langue, découvrir un pays, gagner en autonomie ou être plus compétitif sur le marché de l’emploi… Etudier à l’étranger est toujours enrichissant.

Que vous partiez dans le cadre d’un programme ou en solo, un séjour d’études réussi se prépare plusieurs mois à l’avance.

Quand partir

  • Avant le bac

Suivre une scolarité à la française, mais à l’étranger, c’est possible ! Vous pouvez suivre une formation « labellisée » Education nationale dans des écoles, collèges et lycées de 130 pays.
www.aefe.fr

Une année scolaire dans un lycée à l’étranger vous apportera un bénéfice linguistique mais n’est pas validée par l’Éducation nationale. Le coût est élevé et aucune aide n’existe pour ce type de séjour.

Plus d’infos :

Le bac international (IB) n’est pas reconnu en France. Il est donc recommandé de s’inscrire dans un lycée français à l’étranger afin d’obtenir le bac français, de passer un bac européen ou encore un bac binational reconnu à la fois en France et à l’étranger (AbiBac franco-allemand, BachiBac franco-espagnol et EsaBac franco-italien)

Dans l’Union européenne, le bac est généralement reconnu, bien que chaque pays ou université impose ses conditions d’admission. Hors Europe, l’accès aux universités se fait le plus souvent en passant des examens. Attention, les droits d’inscription peuvent être relativement élevés.

  • Après un bac +2

Le bac +2 (BTS, DUT) est souvent sans équivalence à l’étranger. Vous serez probablement admis en première année de formation.

  • Après un bac +3

C’est le meilleur moment pour partir étudier à l’étranger :

  • Au niveau européen, le système LMD (Licence, Master, Doctorat) harmonise la reconnaissance des diplômes et facilite la mobilité des étudiants.
  • Pour les pays hors Europe, les modalités d’inscriptions varient selon les organismes de formation, mais à ce niveau d’études, les correspondances sont nombreuses.
  • Les échanges bilatéraux entre universités permettent de partir dans le monde entier tout en facilitant les démarches.

Contactez le service des relations internationales de votre établissement.

Plus d’infos :

Partir étudier à titre individuel

Vous n’êtes pas ou plus rattaché à un établissement français et souhaitez poursuivre vos études à l’étranger. Dans ce cas, vous devrez effectuer vos démarches seul, hors programme d’études.
Il est conseillé de vous y prendre un an à l’avance. Il faut bien maîtriser la langue du pays dans lequel vous voulez étudier, et souvent justifier de votre niveau grâce aux tests ou diplômes en langues étrangères.
Il n’existe que très peu d’aides financières si vous partez seul en dehors d’un programme de mobilité à l’étranger.

Voici les différentes démarches à faire pour mener à bien votre projet :

  • S’informer et trouver les adresses d’établissements à l’étranger

La plupart des sites des ambassades informent sur l’organisation des études, les démarches… dans les différents pays. Selon les pays, ces informations peuvent se trouver sur les sites des ambassades de France à l’étranger ou sur ceux des ambassades étrangères en France.

  • www.whed.net : portail de l’association internationale des universités référence plus de 18 000 établissements supérieurs dans le monde.
  • www.euroguidance-france.org : permet d’accéder à des informations sur les études en Europe.

Pour s’informer sur les études dans quelques pays :

Les inscriptions se font en général directement auprès de l’établissement choisi. Cependant, dans certains pays, il existe des systèmes centralisés d’inscriptions. Un examen ou un test de langue est souvent exigé.
Si vous partez étudier en dehors de l’Union européenne, un visa est souvent nécessaire ; les sites des ambassades des différents pays fournissent les informations.
Informez-vous également auprès de votre établissement d’accueil.

Faire reconnaître son diplôme

Afin de favoriser la mobilité des étudiants et de valoriser la reconnaissance des diplômes, les pays de l’Espace économique européen ont harmonisé les cursus de formation et mis en place le système Licence, Master, Doctorat (LMD). Ce système LMD facilite la reconnaissance de votre diplôme en Europe.

Centres Enic-Naric

Si vous souhaitez vous inscrire individuellement dans un établissement d’enseignement à l’étranger, il peut être nécessaire de faire reconnaître votre diplôme français dans le pays de destination. Pour cela s’adresser au centre de reconnaissance des diplômes Enic-Naric du pays concerné. Le réseau Enic-Naric informe sur les procédures de reconnaissance des diplômes. Les dispositifs varient d’un pays à l’autre. Attention, la reconnaissance des diplômes n’est pas automatique, l’avis du centre Enic-Naric est purement facultatif et au final c’est l’établissement d’accueil qui décidera de la valeur à accorder à votre diplôme et de vous inscrire ou pas.

Bon à savoir : pour faire traduire un diplôme, il faut s’adresser à un traducteur assermenté. La liste est disponible à partir du site www.service-public.fr

Partir dans le cadre d’un programme

  • Les programmes d’études pour les élèves (collégiens, lycéens, apprentis)

Partir avec le programme Erasmus+
Différents types de mobilité sont possibles dans le cadre des échanges scolaires (enseignement général, professionnel et technologique) :
– échanges d’élèves : séjours en groupe (3 jours à 2 mois) ; échanges individuels(2 semaines à 12 mois) pour les élèves du secondaire
– période d’apprentissage ou de formation professionnelle pour les élèves et nouveaux diplômés d’établissement d’enseignement et de formation professionnels
Contactez votre établissement.
En savoir plus : Agence Erasmus+

  • Les programmes pour les étudiants et les apprentis post-bac

Erasmus+
Ce programme vous permet de poursuivre des études ou d’effectuer un stage en Europe pendant votre cursus universitaire. Vous pouvez cumuler les deux, mobilité d’études et de stage tant que la durée totale n’excède pas les 12 mois par cycle (licence, master, doctorat). Erasmus+ s’adresse à tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur qui poursuivent des études dans l’un des 33 pays participant au programme : les 28 autres pays membres de l’UE, l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine, l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Turquie (la Suisse est actuellement inéligible). Et ailleurs dans le monde, si vous partez étudier dans le cadre d’un master international Erasmus+
Contactez le service des relations internationales de votre établissement.
En savoir plus Génération Erasmus+

Échanges interuniversitaires et programmes bilatéraux
Contactez le service des relations internationales de votre établissement pour savoir s’il y a des accords d’échanges ou de formations en double cursus signés avec d’autres écoles ou universités qui vous permettraient de partir à l’étranger dans le cadre de vos études en ayant la possibilité de demander une bourse ou une aide à la mobilité.
En savoir plus : www.isepstudyabroad.or

Le « Tour de France » des Compagnons du Devoir
L’association Les Compagnons du Devoir et du Tour de France propose aux jeunes de moins de 25 ans en apprentissage ou en formation continue chez l’un des partenaires ou ambassadeurs d’opter pour la « Prépa Tour de France». Cette formation en alternance inclut une période d’un an à l’étranger en stage ou en voyage d’étude pendant laquelle les« itinérants » perçoivent une bourse Erasmus+.
En savoir plus : www.compagnons-du-devoir.com

Bourses et aides à la mobilité

  • Les bourses européennes

Le nouveau programme de mobilité internationale Erasmus+ a été lancé par l’Union européenne en janvier 2014. Que vous partiez étudier, faire un stage professionnel ou encore faire du volontariat avec ce nouveau programme, vous pouvez bénéficier d’une bourse européenne.

Contactez le Service des Relations internationales de votre établissement.

  • Les bourses nationales

Pour les étudiants qui bénéficient des bourses nationales sous critères sociaux, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche propose une aide supplémentaire dénommée « aide à la mobilité internationale » de 400 euros/mois. Cette aide concerne les séjours d’études (dans le cadre d’un programme d’échange) entre 2 et 9 mois.

Les étudiants souhaitant s’inscrire dans un pays du Conseil de l’Europe en dehors d’un programme d’échange peuvent continuer à percevoir une bourse sur critères sociaux dans les mêmes conditions qu’un France. L’étudiant doit être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur officiellement reconnu par ce pays et suivre, à temps plein, durant une année universitaire ou deux semestres (selon les États), des études supérieures menant à un diplôme national.

Pour financer ses études (souvent à partir d’un niveau Master) ou un stage à l’étranger, le ministère des Affaires étrangères propose également différentes aides à la mobilité selon votre destination.

  • Les accords bilatéraux

La Commission Fulbright franco-américaine offre des bourses à des étudiants, jeunes professionnels ou chercheurs français pour contribuer à développer les liens d’amitié et de coopération entre la France et les États-Unis. Selon votre profil, vous pouvez bénéficier des différents programmes Fulbright.

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse attribue également plusieurs bourses. Renseignez-vous !

  • Les bourses des collectivités territoriales

Bourse régionale Mermoz  
La Région Hauts-de-France a mis en place ce dispositif afin d’aider les étudiants à suivre à l’étranger un parcours de formation dans un établissement d’enseignement supérieur ou effectuer un stage au sein d’un autre organisme (entreprises, ONG…).
Pour qui : les étudiants de l’enseignement supérieur, les étudiants en formation sanitaire et sociale, les apprentis du supérieur et étudiants en section BTS, inscrits dans un établissement partenaire situé sur le territoire des Hauts-de-France,
Quel montant ? Jusqu’à 400 euros par mois.
En savoir plus : www.hautsdefrance.fr

Bourse d’enseignement supérieur du Conseil départemental de l’Aisne
Pour qui : les étudiants résidant dans l’Aisne se rendant à l’étranger pour un séjour d’études de 4 mois minimum, dans le cadre de leur cursus. L’étudiant doit apporter un justificatif de présence dans un établissement universitaire à l’étranger indiquant les dates d’entrée et de sortie, établi par l’établissement d’origine ou d’accueil.
En savoir plus : www.aisne.com

 

+ infos

Besoin d’une information personnalisée ? d’un accompagnement dans votre projet de mobilité ?
Prenez contact avec le référent du point 1er accueil

Ready to Move ! bénéficie du soutien financier de la Région Hauts-de-France et de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Hauts-de-France

Site développé par le CRIJ Hauts-de-France © Copyright 2018, Tous droits réservés - Ready to Move Hauts-de-France - Mentions Légales